La publication du bilan 2020 de l’attraction d’investissement sur la Côte d’Azur permet à Team Côte d’Azur de dessiner les tendances des investissements directs étrangers (IDE) et des décisions d’investissements d’entreprises.

Les IDE continueront de souffrir en 2021.

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a déclaré en juin 2020 qu’elle prévoyait une baisse du volume des IDE  de 5 à 10% en 2021.

Les investissements dépendront fortement de la reprise de la Covid-19.

Un scénario plus positif, en particulier pour le monde des affaires, serait que les vaccinations se généralisent, bien que de nombreux travailleurs de l’industrie se situent au bas des listes de vaccins  prioritaires. Si tel est le cas, le nombre de projets d’IDE pourrait se stabiliser en 2021.

En termes d’investissement en capital et d’emplois, la pandémie mondiale devrait exacerber une tendance déjà en développement pour les projets de plus petite taille.

Nouvelles orientations des IDE

La pandémie a donné aux entreprises le temps de réévaluer leurs stratégies et on observe un recentrage des entreprises intégrant le développement durable et les objectifs environnementaux,  sociaux et de gouvernance dans leurs plans d’investissements.

On prévoit que les entreprises vont réduire leur surface de bureaux. Parallèlement, cela peut jouer en faveur des villes de niveau 2 et 3. En effet, les sociétés vont se relocaliser pour aller dans des villes et des régions alternatives qui offriront non seulement des coûts inférieurs, mais aussi moins de congestion pour attirer les meilleurs talents.

L’un des principaux points de discussion en 2020 a été l’impact de la Covid-19 sur la nécessité pour les entreprises (à savoir les fabricants) de raccourcir leur risque de chaîne d’approvisionnement. En 2021, nous devrions voir des entreprises qui cherchent à se relocaliser à proximité des sites de production pour réduire ce risque.

Les pays qui se remettent le plus rapidement de la Covid-19 sont susceptibles de connaître une augmentation des flux d’IDE.

Bien qu’il soit peu probable que les principales destinations des IDE changent, nous pourrions assister à une réorganisation. Par exemple, la Chine a connu une reprise des flux d’IDE en 2020 liée à sa gestion de la pandémie et à la croissance de son PIB.

La reprise sera différente selon les secteurs

L’impact de la Covid-19 a été ressenti dans tous les secteurs des IDE. Cependant, on s’attend à ce que certains secteurs récupèrent plus rapidement que d’autres.

Les logiciels et  l’informatique (y compris les secteurs : IA, Cybersécurité, Fintech, Gaming, Machine Learning et SaaS), les sciences de la vie (Biotechnologie, e-Santé et Medtech) et les énergies
renouvelables sont trois secteurs à surveiller en termes de reprise et de croissance plus rapide.

En revanche, les IDE touristiques (hôtels et loisirs) devraient continuer à connaître des difficultés.

Le Brexit aura un impact négatif sur les IDE au Royaume-Uni mais profitera à ses concurrents

L’impact du Brexit devrait être négatif sur les volumes d’IDE britanniques entrants. On a déjà vu des entreprises délocaliser leurs activités dans d’autres parties de l’Europe, en particulier dans les secteurs liés à la finance. Les grands gagnants semblent être Amsterdam, Dublin, Francfort et  Luxembourg. D’autres industries seront également touchées, l’ampleur de l’impact étant liée à l’accord de sortie récemment conclu entre le Royaume-Uni et l’UE.

Consultez notre bilan 2020 (pdf): 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *