Samedi 2 juillet, en marge du « Forum Franco-chinois des futurs dirigeants d’entreprises scientifiques et technologiques », le parc technologique de Sophia Antipolis et celui de Chengdu (Chengdu Hi-tech Industrial Development Zone) ont signé plusieurs accords de coopération pour entériner leur collaboration dans le domaine de l’innovation et du soutien à l’entrepreneuriat sino-français, en présence de Madame Yadong LiuVice-Premier Ministre de la République Populaire de Chine.

C’est à l’occasion de la visite en France de Yadong Liu, représentante du gouvernement chinois et Ministre Déléguée à l’Innovation, qu’ont été signés dans l’enceinte du campus Skema deux accords de coopération entre Sophia Antipolis et le parc technologique de Chengdu. L’un entérinant le jumelage des deux entités qui sont désormais « Sister Parks » et l’autre portant sur le développement du « Sophia Antipolis-Chine Innovation Center », une plateforme visant à soutenir les jeunes innovateursi et les projets technologiques sino-français. Ces accords prévoient de systématiser une « coopération pragmatique » (Yadong Liu) entre Sophia Antipolis et Chengdu dans les domaines de l’innovation, du commerce et de l’investissement.

Sophia Antipolis et le parc technologique de Chengdu seront des points d’ancrage nationaux pour leur homologue étranger et comptent multiplier les séminaires, conférences, sessions de matchmaking et forums entrepreneuriaux entre leurs écosystèmes respectifs afin d’accentuer la collaboration sino-française dans le domaine des Technologies de l’information, des Écotechnologies ou de la Biomédecine. Des programmes de formation bilatéraux et des visites de délégations de chercheurs et d’entrepreneurs senior sont également à l’étude.

La session de signature a eu lieu en présence du Préfet des Alpes Maritimes, Adolphe Colrat et de Pierre Laffitte, père fondateur de Sophia Antipolis. Ce dernier s’est montré très enthousiaste quant à ce nouveau lien entre Chengdu et la technopole et a affirmé la volonté de Sophia Antipolis de contribuer à l’essor de la « Nouvelle route de la soie » entre la Chine et l’Occident.

Le « Forum Franco-chinois des futurs dirigeants d’entreprises scientifiques et technologiques », organisé par la Fondation Sophia Antipolis, le parc technologique de Chengdu et l’association « EU Project Innovation Center » de Chengdu (EUPIC) a également permis à des jeunes entrepreneurs chinois et azuréens de se rencontrer et d’échanger autour d’une session de pitchs. ASK (NFC), SolarCloth (revêtements et tissus photovoltaïques) et Cynsis (solutions de gestion de crise) ont ainsi pu témoigner du dynamisme de l’écosystème d’innovation sur la Côte d’Azur et identifier des partenariats futurs avec les entreprises chinoises présentes : Business Big Data (Big Data, Fintech), Chengdu Everimaging Science and Technology (imagerie numérique) et Sichuan AOS Science and Technology (Drones).

Chengdu Hi-tech Industrial Development Zone est l’un des principaux parcs technologiques en Chine. Il appartient à la province du Sichuan, première région d’attraction d’investissements étrangers en Chine qui recense plus de 2000 laboratoires de recherche168 incubateurs et plus de 2,8 millions d’experts en hautes technologies. En tant que région pionnière de l’innovation, Chengdu et le Sichuan bénéficient d’un accompagnement spécifique du gouvernement qu soutient le développement de 7 zones High-Tech et de 9 zones d’Innovation Agricole (tournée vers la transition énergétique) dans la province. La coopération entre Sophia Antipolis et Chengdu Hi-tech Industrial Development Zone offre l’opportunité aux chercheurs et entrepreneurs azuréens de bénéficier d’un point d’ancrage dans le Sichuan, au sein d’un écosystème bouillonnant positionné sur l’axe stratégique de la Nouvelle Route de la Soie.

Signe d’une collaboration de plus en plus concrète entre la Chine et la Côte d’Azur, deux autres manifestations ont eu lieu à Sophia Antipolis en marge de la visite de Mme Yadong Liu :

Ces manifestations font écho à la volonté de la Côte d’Azur de faire de la Chine son premier investisseur étranger à l’horizon 2020 et d’intensifier le phénomène de fertilisation croisée entre l’innovation chinoise et azuréenne.

Liens utiles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *