ACRI a racheté à l’État les locaux du Centre d’Études et de Recherches Géodynamiques et Astronomiques (ancien CERGA), basés sur le plateau Roquevignon à Grasse.

Avec cette nouvelle implantation dans le pays de Grasse, c’est un grand laboratoire privé de réception et de traitement des données satellitaires voit le jour.

observation de la terre ACRI GRASSECréée en 1989 à Sophia Antipolis, la branche d’exploitation d’ACRI, ACRI-st, compte plusieurs sociétés dont le champ d’activités est principalement orienté dans la recherche et le développement de modèles mathématiques et physiques dédiés à l’observation, au suivi, à l’analyse et à la prévision de phénomènes géophysiques à partir de données de télédétection in-situ et satellitaires.

ACRI-ST est experte de premier plan dans le traitement, l’étalonnage/la validation, le contrôle de la qualité, l’archivage et la distribution de données à valeur ajoutée d’observation de la Terre (OT).

La société couvre également le développement et la mise en œuvre de composants des «segments sol», des missions spatiales (exploitation des données reçues des satellites), pour l’exploration de l’Univers ou la surveillance de la Terre, des océans et de l’atmosphère, ainsi que certaines applications de génie civil.

21 millions de chiffre d’affaires en 2020, 130 personnes réparties sur différents sites en France (Sophia, Paris, Toulouse, Grasse, Brest) mais aussi à l’étranger dans des filiales : Luxembourg, Plymouth (Grande Bretagne), Frascati (Italie), Valence (Espagne), Rimouski (Canada) et Bangalore (Inde).

En pleine croissance, ACRI-ST veut poursuivre son ascension avec un centre d’excellence en traitement de données numériques pour la géographie, la géophysique et au-delà, toutes les sciences de l’environnement naturel, économique et social. Le NewSpace est également un sujet majeur de développement dans des locaux équipés de systèmes informatiques nouvelle génération.

Le choix de s’installer dans les murs du CERGA à Grasse, avenue Nicolas Copernic, prenait alors tout son sens. Ancien site dédié à la recherche, le CERGA accueillera de nouveau des activités de pointe avec l’implantation d’un grand espace scientifique et technique.

Pour Odile FANTON d’ANDON, Présidente de ACRI-ST, lauréate pour la troisième année consécutive du palmarès Women Equity qui vient primer les 50 meilleures PME dirigées ou co-dirigées par des femmes en France nous explique les raisons de son installation à Grasse.

Nous travaillons avec les agences spatiales européennes et les grands organismes d’État pour tout ce qui touche à l’observation de la Terre, la détection, l’identification et la surveillance des données. Et parallèlement, nous accompagnons l’émergence du nouvel âge spatial, un écosystème en pleine expansion qui nécessite des compétences très pointues dans la réception des données, leur stockage, leur archivage et leur exploitation. C’est précisément pour développer cette niche très spécifique que nous avons choisi de nous installer à Grasse. Dans le monde des données informatiques, les mesures se calculent ici en pétabits – autant dire du très haut débit et des réseaux hors normes que l’ancien site du CERGA avait anticipés. Le lieu est donc idéal pour ouvrir le DATA Center dont l’entreprise a besoin. Le site comprend quatre bâtiments d’une superficie totale de 1 311 m² sur un hectare de terrain en pleine nature. Depuis le départ du CERGA, les locaux ont été très dégradés par des actes de vandalisme mais l’endroit restait magique et idéal pour l’installation de notre antenne de réception. A terme, selon nos prévisions, nous envisageons d’ici quatre ans le transfert de 70 collaborateurs du groupe sur le site de Grasse“.

En concluant par : “J’ai un attachement familial et très personnel à Grasse dont j’aime l’authenticité et l’énorme potentiel surtout depuis le lancement du projet Grasse Campus. ACRI-ST est très attaché aux questions de formation et au devoir de transmission. Nous accueillons volontiers des étudiants, accompagnons des thésards, embauchons volontiers de jeunes scientifiques. Je n’ai pas eu de mal à persuader le Conseil d’Administration de l’opportunité d’une telle installation pour le territoire. L’ambition est de créer une triangulation vertueuse entre le centre spatial de Cannes (spécialisé dans la construction des satellites), le pôle de Sophia Antipolis (modélisation mathématique et intelligence artificielle) et Grasse où nous exploiterons données et applications. Ce grand projet ne pourrait voir le jour sans collaborations“.

ACRI-ST envisage aussi de soutenir des programmes éducatifs grâce à des partenariats avec les structures locales dont Grasse Campus et une pérennisation de ses liens avec l’université Nice/Sophia Antipolis et les établissements des grandes écoles d’ingénieurs de la région, et en particulier les laboratoires spécialisés en modélisation mathématique, en intelligence artificielle, traitement d’images et astrophysique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *