La CCI Nice Côte d’Azur publie une étude sur la filière économie verte de la Côte d’Azur. L’étude met en avant les activités qui composent la filière, ses chiffres clés et les emplois générés par le secteur.

Le panorama réalisé par l’Observatoire Économique SIRIUS de la CCI Nice Côte d’Azur dresse l’impact économique des éco-activités des entreprises azuréennes. Pour l’année 2019, 956 éco-entreprises qui emploient 8 300 salariés ont généré 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

 

Chiffres clés de la filière économie verte :

 

repartition ecoentreprises cote dazur

 

La répartition des emplois salariés par secteur :

repartition emploi ecoentreprises cote dazur

 

Les domaines d’activités de l’économie verte azuréenne

Energie :

Les activités de rénovation énergétique et des services attenants rassemblent près de la moitié des emplois de l’énergie sur le département, soit plus de 1800 salariés. De belles perspectives attendent les acteurs de la filière : le plan « France Relance » va dédier 7 milliards d’euros à la rénovation énergétique pour éradiquer les 7 millions de « passoires thermiques » d’ici 2030. Sur la Côte d’Azur, 91% de l’électricité verte est produite par des installations hydrauliques (59%) et les techniques de valorisation de biomasse (32%, i.e. combustion directe, méthanisation…).

Déchets :

La valorisation, le traitement énergétique et le recyclage des déchets font partie intégrante de l’économie verte. L’enjeu de la bonne gestion des déchets est extrêmement fort pour les collectivités. Comparées aux entreprises qui les collectent uniquement, celles du département qui les valorisent ou les recyclent ont une plus grande capacité à générer des revenus (+155%). Elles créent aussi plus d’emplois (+136%) et la productivité du travail est aussi supérieure (+7% de chiffre d’affaires par effectif salarié).

Eau :

L’activité des entreprises spécialisées en hydrologie et hydrogéologie est en phase d’innovation intense : le Pôle de l’Eau Aqua-Valley finance par exemple 74 projets d’innovation pour un budget de 124 millions d’euros.  Environ la moitié du chiffre d’affaires total est généré par les activités d’assainissement des eaux usées, et un tiers par des entreprises travaillant dans le captage et la distribution.

Écoconstruction :

Dans ce domaine figurent principalement des entreprises de construction en bois éco-responsables (charpentes, ossature…). Sur le périmètre de la Métropole Nice Côte d’Azur, les éco-constructeurs ont enregistré un important volume d’activité en 2019. L’éco-chiffre d’affaires moyen élevé (1,8 million d’euros) s’explique par la forte présence d’entreprises de plus de 10 salariés et le développement de l’Opération d’Intérêt National Éco-Vallée qui favorise la construction de bâtiments HQE.

Dépollution :

Parmi les activités de dépollution, on trouve principalement des entreprises spécialisées en diagnostic amiante et désamiantage. Il ressort de l’enquête que ce sont les entreprises de dépollution qui souffrent le plus de difficultés de recrutement : plus du tiers déplorent le manque de candidats disposant de compétences adéquates avec le métier, et 31% déclarent ne pas avoir de candidats à leurs offres d’emploi.

Éco-conception, bruits et vibrations, traitement de l’air, environnement

Les 53 éco-entreprises identifiées dans le domaine de l’« air » ont enregistré plus de 83 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. On peut y trouver parfois des entreprises pluridisciplinaires (e.g. Engie) qui emploient de nombreux salariés.

Les entreprises classées dans la catégorie « environnement » ont des activités très variées : consultants et bureaux d’étude spécialisées, organismes de certifications environnementales, activités de recherche et développement ou de sensibilisation, etc. 96 entreprises ont réalisé plus de 32 millions d’euros d’éco-chiffre d’affaires, soit environ 338 k€ par établissement.

L’étude des « sols » est préalable à de nombreuses opérations d’aménagement. L’enquête a permis de répertorier 46 entreprises, qui ont réalisé en moyenne 557 k€ d’éco-chiffre d’affaires en 2019. La productivité du travail y est relativement élevée (215 k€ de chiffre d’affaires par effectif salariés).

Peu d’entreprises se consacrent entièrement à l’ « écoconception » de ces produits. Les entreprises de ce domaine ont réalisé en moyenne 470 k€ d’éco-chiffre d’affaires en 2019, et environ 150 k€ de chiffre d’affaires par effectif salarié.

Une filière à la recherche de financement et de candidats qualifiés

Pour assurer le développement de leurs éco-activités, les entreprises consultées font mention du besoin en financement comme premier besoin. 60% des entreprises des domaines de l’énergie, de l’eau et des déchets mentionnent la nécessité de trouver les compétences adaptées.

 

L’étude complète est téléchargeable sur le site de la CCI Nice Côte d’Azur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *